ABCompteur : compteur gratuit

Pêche aux calamars

A propos de la pêche aux calamars en bateau :

Au même titre que la pêche de roche, la pêche au calamar se révèle très populaire. En saison, les calamars sont présents en masse sur le littoral et il n’est pas besoin d’être un expert ou un fin technicien pour en attraper beaucoup. Excellent dans l’assiette et tout autant sur un hameçon, au bout d’une ligne pour tenter les beaux poissons, cet appât de choix est aussi un vrai bagarreur qui attaque sans complexe les leurres : le calamar se révèle très amusant à pêcher sur du matériel léger.

Présentation du calamar

Le calamar que l’on appelle aussi totène, encornet, chipiron ou supion est un céphalopode très commun dans nos eaux, que ce soit en Manche, mer du Nord, en Atlantique ou en Méditerranée... Le calamar blanc est l'espèce la plus commune. D’un poids moyen compris entre 300 et 700 grammes les plus gros spécimens peuvent toutefois atteindre les 3 kg. Les calamars rouges sont les plus gros jusqu’à 15 kg et vivent en général plus profond. Il existe également une espèce de calamar dite "géante" vivant dans les grands fonds et dont certains spécimens dépassent les 10 mètres de long…

C’est un chasseur qui se nourrit de poissons comme les sardines, les anchois, les sévereaux, mais aussi de céphalopodes plus petits que lui. Il se pêche essentiellement en nocturne, depuis la tombée de la nuit jusqu’au lever du jour. Les nuits de pleine lune sont idéales car les calamars y connaissent en général un regain d’activité alimentaire notable. On pourra les trouver près de la surface, mais ils évoluent plus généralement à proximité immédiate du fond. Le calamar se pêche sur des postes de 15 à 300 m de profondeur. En méditerranée, c’est à l’automne que l’on commence à piquer des calamars sur les petits fonds côtiers. Ils évoluent souvent en bancs parfois très denses ce qui donne lieu à des parties de pêche mouvementées. Le calamar est excellent à manger et constitue en plus un appât de choix pour de nombreuses espèces.

Principe de la pêche aux calamars en bateau :

Le calamar se pêche à la turlutte également appelée calamarette ou totenière selon les régions. Ce sont des leurres armés par des paniers constitués de fines pointes très acérées. Ces couronnes d’hameçons sans ardillon permettent de piquer les calamars avec facilité alors que c’est quasiment une mission impossible avec un hameçon classique simple ou triple.

À la différence des poissons, le calamar ne s’attrape pas par la bouche, mais au niveau des tentacules. Ce chasseur attrape en effet ses proies avec les bras, en général les deux tentacules les plus longs et il les immobilise ensuite avec les tentacules les plus courts. On ferrera donc moins fort que sur la touche d’un poisson puisqu’il n’y a pas d’ardillon à faire pénétrer, mais il faudra en revanche ne donner aucun mou à la ligne lors de la remontée du céphalopode pour ne pas enregistrer de décrochés.

D’ailleurs la touche n’a pas grand-chose à voir avec celle d’un poisson : À la place de tirées nettes et franches on ressent plutôt une légère aspiration de la ligne qui s’immobilise ensuite tout en lourdeur. C’est à ce moment qu’il faut s’efforcer de piquer le calamar. Celui-ci qui vient d’attraper sa proie l’immobilise ensuite pour la grignoter sur place. Pas de départs fulgurant en général donc comme avec les poissons mais plutôt des aspirations assez lentes, suivies en général par un durcissement de la ligne lorsque le calamar s'immobilise sur sa proie.

À la canne ou à la main :

La pêche aux calamars se pratique à la main avec une palangrotte ou un ensemble bateau léger. Le moulinet est garni de fil en 12 à 30 lbs. L’animation du leurre s’effectue selon la technique de la dandine, l’ancêtre du jig : on laisse couler le leurre jusqu’au fond et on l’anime ensuite par des petites remontées effectuées par des mouvements de bras ou de canne. On prospecte les différents étages de la couche d’eau en animant, sur un registre assez lent sa turlutte de secousses et de petites remontées. À l’automne sur les bons postes au coucher du soleil, on voit parfois des dizaines d’embarcations dont les pêcheurs semblent jouer au yoyo dans l’eau. Ils gansaillent comme on dit à Marseille : ils animent leur turlutte à la verticale en cherchant progressivement la hauteur d’évolution des céphalopodes. En pêchant fin avec du matériel sensible on distingue très bien les attaques et les prises de bec si particulières des calamars. La principale difficulté réside dans la remontée de la prise qu’on devra toujours s’efforcer de tenir en tension pour éviter les décrochés qui sont beaucoup plus nombreux qu’avec des hameçons classiques. Après les décrochés, n’hésitez pas à rendre la main et à laisser replonger la turlutte vers le fond. Le calamar est un vorace qui ne se pose pas trop de questions : en général il se laisse reprendre volontiers. On prendra soin de salabrer les calamars à l’arrivée et il est vivement conseillé de les laisser se vider dans l’eau avant des les embarquer dans le bateau. Par réflexe défensif de dissimulation, il crache en effet de l’encre par le siphon et l’on dirait qu’il prend un malin plaisir à vos repeindre pont, chaussures et vêtement… Une fois sorti, le calamar est de couleur rouge ce qui indique un état d'énervement. Il retrouve une teinte blanche une fois calmé dans le seau.

Les saisons - Selon les régions, les périodes de pêche du calamar varient :

•En Manche et mer du Nord : On peut pêcher le calamar toute l'année, mais les meilleures périodes pour les pêcher sont de Mars à Mai et d’Octobre à fin   Novembre.

•En Atlantique : On peut pêcher le calamar toute l'année, mais les meilleures périodes sont de Septembre à fin Décembre.

•En Méditerranée : On pêche généralement le calamar de Septembre à Avril, la meilleure période étant de Novembre à fin Janvier.

Les leurres (turluttes) pour la pêche aux calamars en bateau

La turlutte cage est le système le plus simple et le plus efficace pour la pêche aux calamars en Méditerranée. Une simple sardine, entière ou en parties, piquée ou lochée sur ce leurre vous permettra de pêcher le calamar. Avec une simple palangrotte, faites descendre votre ligne jusqu’au fond et remontez-là par palier progressif tout en animant votre turlutte. Le calamar attiré par les reflets argentés de votre appât ne pourra pas résister ! Vous pouvez également utiliser des turluttes artificielles, ou calamarettes, qui sont des leurres spécialement conçus pour la pêche aux céphalopodes et qui donnent aussi d'excellent bons résultats, tout en ne nécessitant aucune préparation. Il existe plusieurs types de turluttes et elles peuvent être associées entre elles sur des lignes à main ou en pêchant avec une canne suffisamment longue :

1.Les turluttes plombée plongeantes type turlutte espagnole : Ces turluttes n'imitent pas la forme d'un poisson ou d'un crustacé. Elles sont généralement en métal et peuvent êtres recouvertes de tissu ou plastique phosphorescent.

2.Les turluttes plombée semi plongeantes : Ces turluttes sont des imitations de crustacés ou de petits poissons qui sont plombées sur l'avant. Parmi les meilleures turluttes semi-plongeantes figurent la turlutte Hunter de Yo-Zuri ou encore la Turlutte phosphorescente Gambas.

3.Les turluttes flottantes : Ces turluttes ne sont pas plombées, elles flottent donc à l'horizontale et doivent impérativement être utilisées en association avec une turlutte plombée qui permettra à la ligne de couler.

Les montages pour la pêche aux calamars en bateauLes deux types de montages les plus utilisés sont :

•Une turlutte plombée plongeante en bas de ligne (de préférence phosphorescente) avec un mètre plus haut une turlutte cage et une sardine à l'intérieur.

•Une turlutte plombée plongeante en bas de ligne (de préférence phosphorescente) avec un mètre plus haut, une turlutte plombée semi-plongeante (type turlutte Hunter) suivie un autre mètre plus haut d’une turlutte flottante .Ces montages se révèlent particulièrement efficaces en Méditerranée. Selon la taille des calamars qui se trouvent dans votre zone de pêche, vous pourrez opter pour des paniers (couronnes d'hameçons) classiques ou grande taille. C'est une option disponible sur certaines turluttes.

Si l’on pêche en général le calamar en dérive, sa recherche peut aussi s’effectuer en traîne lente. Cette approche connaît de plus en plus de succès en Méditerranée : Elle est idéale pour repérer rapidement la tenue des bancs de calamars sur une zone. Vous pourrez ainsi traîner des poissons nageur à paniers à des vitesses très lentes de 1 à 2 nœuds maximum.

 

LES MONTAGES DE TURLUTTES

 Bas de ligne : nylon 35 à 50 centièmes

Avançons : nylon 30 à 40 centièmes

Plomb : de type Arlesey, poire, octogonal ... préférez des plombs à facettes qui ne roulent pas dans le bateau. Poids du plomb à varier en fonction de la profondeur et du courant.

Le principe: garder la ligne le plus verticalement possible par rapport au fond. Pour une pêche dans les 25-40 M, un poids de 100-200 gr est indiqué car en plus il favorise l'auto-ferrage.

Nombre de turluttes : de 1 à 5 suivant l'expérience ...

Couleurs: à dominante Rose / Bleu / orange

Agraphes : les japonais utilisent des agraphes spécialement adaptées aux turluttes qui ont la particularité de les maintenir en position horizontale et permettent de changer en quelques secondes de modèle quand ça ne donne rien avec une couleur.

Lampes : c'est un plus en pêche de nuit, à monter '' en ligne '' 1 mètre au dessus des turluttes ou agrapher au niveau de l'émerillon. LA TECHNIQUE DE PECHE:Libérer la ligne jusqu'au fond, quand le plomb touche le fond, attendre quelque secondes puis relever doucement de quelques dizaines de centimètres, c'est souvent à ce moment que se produit l'attaque. Essayer plusieurs couches d'eau au cas où les calamars se tiendraient plus en hauteur. Relacher le plomb et recommencer la manoeuvre, ne pas ferrer à la touche mais remonter régulièrement sans forcer mais sans laisser de mou. Salabre conseillé pour les gros spécimens et les seiches.On peut pêcher à la main ou à la canne, avec une préférence pour la ligne à main qui transmet mieux les sensations, c'est affaire de goût. Si on pêche à la canne, préférer une canne de type '' buscle '' très souple d'une longueur de 2.50 à 3 M.Les meilleurs heures sont le soir, une heure avant le coucher du soleil jusqu'à la nuit noire, le matin avant le lever du soleil.Penser à souvent remonter pour vérifier que la turlutte n'est pas emmêllée dans le fil et qu'il ne reste pas de morceaux de pattes de calamar ou d'encre car le leurre deviendrait inefficace ...

logo-la-londe-3-1.jpg     region-paca.jpg     conseil-gen-3.jpg     logosministere-des-sports.jpg     logo-les-cedres-2.jpg     logo-ffpm-haut.gif

__BM__